France Terrorisme le Combat
Bonjour,
Pensez à participer au sondage dans le Forum « L’ennemi »
L’administrateur
AD
ESSENTIEL À LA MAISON / KIT SURVIE 2 JOURS

Bullshirt T-shirt pour homme Feu et Blast T-shirt 15,06€

Galerie


PUB 03


Nous aimons la mort, vous aimez la vie ...
Mieux comprendre !

Les posteurs les plus actifs de la semaine

Ecoutez WRS Radio
La première Web Radio en Soutien à nos forces de sécurité

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mieux comprendre. Nous vous conseillons






Dans l’abîme du djihad féminin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dans l’abîme du djihad féminin

Message par Admin le Jeu 15 Juin - 17:38

Article à découvrir sans détour 

"Depuis quatre ans, la Fribourgeoise Géraldine Casutt, doctorante à l’université de Fribourg, cherche à comprendre l’engagement et le rôle des femmes djihadistes de l’Etat islamique. Un travail d’analyse nécessaire mais qui n’est pas sans sacrifices.
 
Elle parle d’une voix douce. On doit presque tendre l’oreille, dans le café de l’Ancienne gare de Fribourg, pour l’entendre expliquer comment, à un moment de sa vie, elle a passé tous ses jours et ses nuits à parler par écran interposé avec des femmes engagées dans l’un des mouvements les plus violents de ce début de siècle: le groupe Etat islamique (EI).
 
La fierté d’une mère
 
On ne s’attaque pas à un tel sujet de doctorat par hasard. Issue d’une famille dans laquelle la religion n’a jamais laissé indifférent, Géraldine Casutt s’interroge tôt sur ce que les gens en font. «Je voulais comprendre le processus de l’extérieur», explique-t-elle. Passionnée de longue date par le Proche-Orient, c’est à Hébron, où elle est venue en observatrice en 2011, que la trentenaire est confrontée pour la première fois au culte du martyre. «J’ai été invitée dans une famille qui avait perdu un fils tué par l’armée israélienne. La mère était très triste, mais très fière aussi. Je me suis demandée: la société aurait-elle réagi de la même façon si c’était une femme qui était morte ainsi?»
 
La question de la position des femmes dans le djihad lui trotte dans la tête et Géraldine Casutt formule un projet de thèse: analyser leur engagement dans ce type de mouvement et le rôle qu’elles y occupent. Engagée à l’université de Fribourg en 2012, elle reçoit une volée de critiques lorsqu’elle évoque son sujet. «On m’a dit: ce n’est ...


Voir l'article: https://www.lecourrier.ch/149903/dans_l_abime_du_djihad_feminin

avatar
Admin
Admin

Localisation : Autre part
Messages : 88
Date d'inscription : 03/06/2017
Age : 52

Voir le profil de l'utilisateur http://terrorisme-lecombat.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum